Autorééducation

Libérez votre capacité d’auto-soin grâce l’autorééducation !

 

La lecture de son avant-propos est capital pour comprendre nos difficultés ressentis. Vous constaterez qu’il est destiné majoritairement aux patients qui ont eu un AVC. Nous avons des problématiques très proches. Il est donc tout a fait utilisable et adaptable à notre pathologie. 

Les explications sont illustrées par des images. 
Extrait : ” Sur le plan des techniques rééducatives, le Pr Gracies a mis au point une technique d’autorééducation par ciblage systématique de l’antagoniste, contre lequel le patient pratique une alternance de travail passif et actif. Cette technique utilise l’auto-étirement comme technique optimale de réallongement musculaire et l’entraînement actif non aidé en efforts maximaux répétés comme technique optimale d’amélioration de la commande motrice.”

Notre approche est d’éviter le plus souvent possible l’usage – qu’il soit oral ou a fortiori intrathécal – de médicaments dépresseurs généraux (souvent appelés « antispastiques ») dans la parésie spastique à cause de leurs effets secondaires inévitables, souvent insidieux et dont vous ou votre médecin peuvent rester inconscients. Parmi ces nombreux effets indésirables figure en particulier une action « antiplasticité », par lequel tout effort de rééducation s’applique à un cerveau qui a, sous ce type de traitement, perdu de sa capacité à se modifier positivement sous l’effet du travail physique. A l’inverse, l’approche proposée ici tend à se prémunir de ces traitements invasifs chimiques cérébraux, ciblant physiquement et localement les capacités motrices autour d’une articulation à la fois. Dans cette approche, chaque cause de difficulté fonctionnelle (myopathie, hyperactivité musculaire, parésie) est au contraire traitée muscle par muscle, dans le but d’un rééquilibrage progressif des forces autour des articulations.”

“Pour l’efficacité d’une séquence de travail contre un antagoniste donné et pour le repos cardiovasculaire nécessaire après chaque temps d’entraînement actif, nous vous conseillons d’alterner les postures d’étirement, maintenues entre 2 à 30 minutes selon le muscle, et les entraînements en séries d’efforts actifs maximaux contre ce même muscle, de 15 à 60 se condes par séries. Idéalement, commencez et terminez la séquence alternante par une posture d’étirement. Pendant ces exercices peuvent survenir un inconfort, voire de légères douleurs liées à l’étirement ou l’utilisation des muscles, qui cessent quand ceux-ci ne sont plus sollicités. Cela est normal.”


Le Centre des Massues – Croix-Rouge Française (LYON) a développé deux livrets d’auto-rééducation à l’attention des enfants atteints de paralysie cérébrale et de leur famille.

Extrait :

“Ce livret d’auto-rééducation est destiné aux jeunes qui, comme toi, présentent une atteinte des muscles des jambes à cause d’une lésion du cerveau.
Certains muscles chez toi sont trop toniques et ont du mal à se relâcher normalement (on dit qu’ils sont spastiques)…et d’autres muscles sont trop faibles. Du coup, il peut arriver que les muscles se raccourcissent (on parle de rétraction), enraidissent tes articulations et limitent tes mouvements”.


Mis à jour le 26 mars 2020